Le Prénom

  • Résumé

      Vincent, heureux quarantenaire et futur papa, est invité à dîner chez Elisabeth et Pierre, sa sœur, et son beau-frère. En compagnie de leur ami d’enfance, Claude, les questions fusent sur cette paternité très prochaine jusqu’à ce que Vincent ne révèle le prénom choisi pour l’enfant, sans prendre la peine d’attendre Anna, son épouse. Ce choix va pour le moins provoquer la surprise, voire la consternation dans le groupe d’amis, et réveiller certaines rancœurs dissimulées depuis trop longtemps…

  • Les personnages

Vincent

   Vincent est un prénom d’origine latine qui signifie « triomphant ». Triomphant, c’est ce qui résume le mieux la situation de Vincent Larchet : agent immobilier célèbre, compte en banque des plus envieux, une femme d’exception, un enfant à venir… Oui, on peut dire que Vincent porte son prénom à merveille. Désormais, il ne sera plus le seul à être au centre de l’attention générale. Bientôt papa d’un petit garçon, il espère qu’il aura sa classe, son assurance, et sa tchatche naturelle. Finalement l’idéal serait un deuxième petit Vincent ! Et pour ce petit être, les parents ont déjà une autre idée de prénom… une idée bien précise. Un prénom tout aussi grandiose qui en surprendra plus d’un.

Anna

   En hébreu, Hannah signifie la grâce. Et c’est peut-être cette caractéristique qui marque le plus la vie d’Anna Caravati. Grâcieuse, elle se fait pardoner ses retards à repetition, son impulsivité, ses petites cachoteries…
Grâcieuse, elle vit sa grossesse sereinement. Entre deux paquets de clopes.
Enfin, grâcieuse, elle a su séduire et garder Vincent. Alors, lorsque son égocentrique de mari cherche à faire graviter le monde autour de lui, elle n’hésite pas à lui rappeler qu’il n’est plus tout seul, et qu’ils seront bientôt 3.
Pourtant, ce soir-là, heureusement qu’Anna a prévu un stock de nicotine. Face aux travers de cette “belle famille”, il est possible qu’elle perde toute grâce.

Pierre

   Pierre : vient du grec petros, qui signifie le roc, la pierre, le symbole de la fidélité et de la fermeté… voire de l’entêtement. Et de l’entêtement, il lui en a fallu à Pierre Garaud pour obtenir le travail de ses rêves : professeur de littérature française à l’université de Paris IV. Pierre Garaud aime la langue française, l’histoire, et Montaigne. Dans le privé, il est le mari d’Elisabeth depuis dix ans et le meilleur ami de Vincent depuis bien plus longtemps encore. L’image du bonheur familiale qu’il voudrait véhiculer se résume dans les prénoms de ses deux charmants enfants : Apollin et Myrtille. Des prénoms originaux, singuliers, parfaits pour se forger une personnalité ne ressemblant à aucune autre. Mais cette volonté de tout contrôler, de vouloir la perfection à tout prix peut en exaspérer plus d’un, y compris dans son entourage le plus proche…

Elisabeth

   Elisabeth est un prénom d’origine biblique, c’est la cousine de Marie et la mère de Jean-le-Baptiste. Elle est le coeur de la famille, et le centre autour duquel gravite les personnes si différentes qui partagent sa vie. Elle est la meilleure amie, la parfaite épouse, la confidente, la soeur protectrice,… Alors bien sûr, jouer sur tant de tableaux exigent quelques sacrifices. Mais que vaut une carrière prometteuse contre un mari heureux et une famille soudée ? Si on l’interroge sur la sujet, elle vous répondra, souriante, que les êtres chers qui l’entourent et leur bonheur sont les seules choses qui lui importent. Et s’activer des heures pour préparer ce repas marocain entre amis a été un véritable plaisir, surtout quand on se délecte d’avance de la soirée complice programmée le soir-même. Mais rien n’est plus trompeur que l’eau qui dort, attention à la goutte de trop qui romprait cet équilibre en apparence parfait.

Claude

   Claude Gatignol, du latin « claudus » qui signifie «le boiteux», est tromboniste dans son orchestre. Il est ce type d’homme qui parait sans opinion, timide, voire introverti, préférant battre en retraite plutôt que de tenir le taureau par les cornes. Malgré cela, on peut admirer de Claude son humour subtil et son empathie à l’égard des autres. Ami de Vincent et d’Elisabeth depuis la plus tendre enfance, et surtout beaucoup plus observateur que bavard, Claude sait tout de ses amis. Mais ses amis savent-ils vraiment tout de lui ?

  • Le mot du metteur en scène

Mise en scène / Angèle Simoulin

   Vouloir mettre en scène une pièce comme Le Prénom, après l’incroyable succès connu au théâtre Edouard VII à Paris (et celui qu’elle allait bientôt connaître au cinéma), était un vrai défi. Il fallait tout mettre en œuvre au service d’un texte, au service d’un énorme coup de cœur. Après avoir obtenu l’accord et le soutien de Matthieu Delaporteet Alexandre de la Patellière, les auteurs, nous devions donner à cette œuvre une nouvelle identité qui nous était propre.

   Pour les comédiens, reprendre les rôles après de grands acteurs comme Patrick Bruel, Valérie Benguigui ou Guillaume de Tonquédec, n’était pas une chose facile mais ils ont su s’approprier le texte et les personnages pour une interprétation faisant la part belle aux émotions, mais surtout à l’humour, omniprésent dans Le Prénom.

  • Les auteurs

   Matthieu Delaporte a démarré sa carrière de scénariste et de réalisateur avec un court métrage,Musique de chambre, sélectionné et primé dans de nombreux festivals. Il rejoint ensuite Canal+ où il écrit, de 1996 à 2001, les fictions du Vrai journal.

  Alexandre de la Patellière débute sa carrière cinématographique comme assistant réalisateur, puis comme script doctor, avant de devenir, en de 1995 à 2001,  le directeur du développement des longs-métrages chez RF2K, auprès de Dominique Farrugia et Olivier Granier.

  La collaboration entre les deux hommes naît avec l’écriture de Renaissance, de Christian Vockman en 2006. S’ensuivent de nombreux autres projets dans la série (SkylandMikido,Jet Groove) et au cinéma où ils écrivent, notamment, Les Parrains et The Prodigies. En 2005, Alexandre de la Patellière co-écrit et produit le premier long-métrage de Matthieu Delaporte, La Jungle.

   Ils participent également à l’écriture de la comédie R.T.T., et signent l’adaptation deL’Immortel que réalise Richard Berry. Les deux auteurs ont aussi travaillé à l’adaptation duPetit Prince de Saint-Exupéy, du Petit Nicolas et de Iron Man avec Marvel.

   En 2010, ils connaissent un succès unanime au théâtre avec Le Prénom, qu’ils adapteront eux-mêmes au cinéma deux ans plus tard…